Comment trouver le Point G Femme

Comment trouver et stimuler le Point G chez la femme ?

Ah le point G ! Mythe ou réalité ? Que ce soit dans la cour du lycée, entre amis, sur des plateaux télévisés, dans des journaux, cette question revient à chaque fois. Mais qu’est-ce que le Point G réellement ?

En réalité, cette question remonte à beaucoup plus loin que ce que vous pouvez imaginer. En effet, d’un point de vue de la recherche scientifique, on sait que les premières recherches sur le Point G datent déjà du 17ème siècle.

Mais ce n’est que dans les années 1940 que le gynécologue allemand Ernst Gräfenberg a poursuivi ses recherches sur la stimulation de l’urètre chez la femme.

Ernst Gräfenberg a déclaré : « Une zone érotique a toujours pu être mise en évidence sur la paroi antérieure du vagin, le long du parcours de l’urètre ».

La découverte de la zone érogène a été contestée et son intérêt est resté en sommeil pendant quatre décennies. L’intérêt intense pour cette zone mystérieuse a refait surface en 1981, et le terme « Point G » a été inventé par Frank Addiego en l’honneur de Gräfenberg.

Ernst Gräfenberg était un gynécologue renommé, célèbre pour avoir élaboré la théorie de la propagation du cancer (théorie de Gräfenberg) et le premier dispositif intra-utérin (DIU) pour la contraception (anneau de Gräfenberg).

Du point de vue embryologique, on pense que le Point G est le vestige féminin de la prostate, également appelé glande de Skene. Cet endroit est connu pour être une zone très érogène qui se trouve à l’intérieur du vagin. Si cette zone est stimulée cela procure donc aux femmes une excitation sexuelle très intense, qui entraîne également une contraction intense des muscles du vagin, conduisant à un orgasme puissant avec un potentiel d’éjaculation féminine. Cela vous semble loin ? En réalité, l’existence même du Point G est un sujet très débattu parmi les experts et les sexologues.

L’emplacement du Point G se situerait généralement entre 5 et 8 cm à l’intérieur de l’ouverture vaginale, sur la paroi frontale, derrière l’urètre. Cette région est nettement différente du clitoris, qui est une partie visible en forme de bouton à la jonction supérieure des lèvres intérieures du vagin. Chez l’homme, le Point G est généralement comparé à la prostate et le clitoris est associé au gland du pénis. De même, chez les hommes et les femmes, ces deux organes réagiraient différemment lors des stimulations sexuelles. La stimulation tactile directe du clitoris est souvent possible, mais la stimulation du Point G est souvent réalisable lors de pénétrations sexuelles que ce soit avec les doigts ou le pénis. Beaucoup ont pensé que le point G était une extension du clitoris et qu’il s’agissait du même orgasme ressenti par les femmes lors des rapports sexuels.

Une étude de 2017 a conclu que le Point G n’est en fait pas une partie distincte de l’anatomie mais fait partie du réseau clitoridien, au lieu d’être une entité distincte dans le vagin. En d’autres termes, lorsque le Point G est stimulé, cela conduit à une intensité accrue de l’orgasme, et se termine souvent par une éjaculation féminine. C’est peut-être la raison pour laquelle le point G peut varier d’une femme à l’autre et être difficile à localiser.

L’existence du Point G a fait l’objet d’un examen approfondi par la science au cours des dernières décennies. De nombreuses recherches, dont la biopsie vaginale, l’analyse biochimique de la sécrétion, des études autopsiques, des comparaisons entre jumeaux, l’imagerie IRM et la localisation par ultrasons, ont été menées, mais aucune preuve concluante de son existence exacte n’a pu être établie.

En réalité, cette invention du « Point G » pourrait être issue tout simplement des médias publics voudraient nous faire croire que le Point G est un « interrupteur » bien caractérisé, capable de procurer aux femmes un plaisir sexuel et une stimulation extrêmes. Tout cela dans le but évidemment de créer des arguments de vente.

Bien que les rapports anecdotiques soient convaincants, les données scientifiques n’ont pas réussi à ce jour à localiser le point exact.

Cependant, il est évident que l’orgasme féminin est caractérisé par de nombreux facteurs. Ce fameux Point G est l’un de ces facteurs mais pourrait n’être en réalité qu’une simple partie du vagin qui conduit à un orgasme vaginal. D’autres facteurs comme la stimulation du clitoris, ou la stimulation d’autres zones érogènes féminines peuvent amenés facilement à l’orgasme en fonction des différences de chacune des femmes.

Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à aller voir les meilleures positions sexuelles pour stimuler au mieux le vagin et potentiellement le Point G.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.